dimanche 22 avril 2018

Maria Zakharova sur la Syrie, l'Affaire Skripal et l'histoire criminelle du Royaume-Uni

Conférence de presse de de la porte-parole du Ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova à Moscou, le 19 avril 2018

Source : Ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie


Transcription :
 
Sur les 235 ans du rattachement de la péninsule de Crimée à la Russie

Aujourd'hui nous fêtons les 235 ans du rattachement de la péninsule de Crimée à la Russie. Le 19 avril 1783, l'impératrice Catherine II a publié le Manifeste sur le rattachement de la Péninsule de Crimée à la Puissance russe et la création de la Région de Tauride, gérée par le prince Grigori Potemkine qui a reçu le titre "de Tauride" pour ses efforts. 

Sur les pourparlers du Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov avec l'Envoyé spécial du Secrétaire général de l'ONU pour la Syrie Staffan de Mistura

jeudi 19 avril 2018

Affaires Skripal, Litvinenko et Berezovsky : Moscou répond aux accusations de Londres en publiant des documents accablants





Déclaration du Bureau du Procureur Général de la Fédération de Russie

La campagne anti-Russe lancée par les autorités britanniques du fait de l’empoisonnement présumé de l’ancien officier de la Direction générale des renseignements Sergueï Skripal et de sa fille a suivi la démarche qui a déjà été appliquée pour accuser sans fondement la Fédération de Russie quant à la tentative d’assassinat présumée contre Boris Berezovsky à Londres durant l’été 2003 et à la mort d’Alexandre Litvinenko au Royaume-Uni en novembre 2006.

Dans ces trois affaires, les sujets des provocations étaient des personnes qui avaient été poursuivies pour des crimes graves en Russie et qui avaient critiqué à plusieurs reprises les autorités russes, ce qui donnait l’impression que celles-ci avaient un motif de les éliminer. 

Dans chacun des trois cas, on retrouve une désinformation massive et des accusations infondées selon lesquelles les services spéciaux russes auraient utilisé des substances toxiques sur le sol britannique, ce qui a été utilisé comme base pour exiger des sanctions contre la Russie.

La Syrie au Conseil de Sécurité : les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France sont des Etats voyous

Le Représentant Permanent de la Syrie auprès des Nations Unies, Bachar al-Ja’fari, a prononcé un discours devant le Conseil de sécurité de l’ONU le 14 avril 2018, après que les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont mené des frappes unilatérales contre la Syrie.

Traduction : http://sayed7asan.blogspot.fr





 

Transcription:

Merci, Monsieur le Président.

Je me félicite de la présence du Secrétaire Général aujourd’hui, en ces moments très importants de l’histoire et des travaux du Conseil de sécurité. Le Secrétaire Général, dans sa déclaration d’hier, a averti que la guerre froide était de retour. C’est parfaitement juste. Nous sommes tous d’accord avec l’exactitude de cette déclaration. Il est important de rappeler, à cette occasion, qui sont ceux qui ont relancé la philosophie de la guerre froide.

Nous nous souvenons bien sûr qu’après l’effondrement de l’ex-URSS, un livre philosophique de Francis Fukuyama a été publié ici (aux Etats-Unis), intitulé La Fin de l’Histoire. Et un autre penseur américain, Samuel Huntington, a écrit Le Choc des civilisations. Ces deux livres ont fondé le retour de la philosophie de la guerre froide. En effet, l’essentiel de ces deux livres énonçait ceci: « Peuples du monde, soit vous suivez la voie tracée par les États-Unis et vous vous soumettez à sa volonté, soit nous vous attaquons. » Comme le dit le dicton américain: « My way or the highway » (Obéis ou expose-toi à des conséquences fâcheuses). Ainsi, la philosophie et l’atmosphère de la guerre froide sont réapparues.

Les mensonges sont inutiles, Mesdames et Messieurs. Les mensonges sont vains. Ils peuvent être utiles au menteur une seule fois. Nous ne pouvons être trompés par un mensonge qu’une seule fois. Mais quand le mensonge est répété, ce mensonge est exposé comme tel et révèle le menteur aux yeux de tous.

Mon collègue, le Représentant de la France, a annoncé que leur agression, aux côtés du Royaume-Uni et des États-Unis, a été menée au nom de la communauté internationale. C’est ce qu’il a dit (en français) : « La communauté internationale. » Je me demande de quelle communauté internationale le représentant français parle. Parle-t-il d’une communauté internationale qui existe réellement? Cette communauté internationale que vous représentez a-t-elle autorisé cette agression tripartite contre mon pays? Vos trois gouvernements ont-ils reçu un mandat du Conseil de sécurité pour attaquer mon pays ?

mardi 17 avril 2018

Interview de Sergueï Lavrov par la BBC

Interview du Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov pour l'émission Hard Talk sur la chaîne BBC, Moscou, 16 avril 2018 



Transcription :

Journaliste : Sergueï Lavrov, bienvenu à Hard Talk. La semaine dernière, le monde entier était profondément préoccupé par l'éventualité d'un conflit armé direct entre les USA et la Russie. D'après vous, dans quelle mesure avons-nous frôlé un tel scénario ?

Sergueï Lavrov : Je ne pense pas que nous ayons été très proches. Je pense que cette situation a été créée par nos collègues occidentaux qui se sont comportés de manière très irresponsable. Ils ont accusé les autorités syriennes d'avoir utilisé des armes chimiques contre la population civile et en même temps ils nous ont accusés en tant qu'alliés du gouvernement syrien. Sachant qu'ils l'ont fait sans attendre que les inspecteurs de l'OIAC visitent les lieux. En réalité, c'est au moment précis où les représentants de l'OIAC étaient prêts à se rendre du Liban en Syrie que ces frappes ont eu lieu. Comme l'ont expliqué nos militaires, le canal de liaison pour empêcher des incidents imprévus (ce qu'on appelle le ‘deconflicting’) fonctionne en permanence.

Journaliste : Donc pour être clair et éviter le jargon, ai-je bien compris que les Etats-Unis et leurs alliés vous ont préalablement informés des frappes en préparation, et vous, de votre côté, vous avez assuré que la Russie ne riposterait pas ?

BBC Interview of Russian Foreign Minister Sergey Lavrov

Foreign Minister Sergey Lavrov’s interview with BBC Hard Talk on April 16, 2018.


Transcript:

Question: The world was deeply alarmed last week by the prospect of a direct military confrontation between the United States and Russia. How close do you believe we came to that?

Sergey Lavrov: Well, I don't think that was very close. I think it was a situation created by very reckless behavior of our Western colleagues who accused the Syrian Government and us as allies of the Syrian Government in applying chemical weapons against civilians without waiting for OPCW to inspect the place. Actually, at the moment when OPCW was physically ready to move from Lebanon to Syria, they executed these strikes. As the representatives of our military explained, the deconflicting channel has been engaged all the time.

Question:   So, to be clear about that, without using jargon, the US and ally forces gave you indications of how strikes would be carried out and you gave them some indication that you would not retaliate?

Syria at the UNSC: US, UK and France are Rogue States

Syria's Permanent Representative to the United Nations Bashar al-Ja'fari's full speech at the UN Security Council on April 14, 2018, after the USA, UK and France carried out unilateral strikes against Syria.

Translation: unz.com/sayedhasan


Transcript:

Thank you Mr. President. 

I welcome the presence of the Secretary General today in these very important moments in the history and work of the Security Council. The Secretary General, in his Statement yesterday, warned that the Cold War is back. This is absolutely right. We all agree with the accuracy of this Statement. It is important to recall, at this opportunity, who are those who relaunched the philosophy of the Cold War. 

We all of course remember that following the collapse of the former USSR, a philosophic book by Francis Fukuyama was published here (in the USA), called The End of History. And another American thinker, Samuel Huntington, wrote The Clash of Civilizations. These two books founded the return of the Cold War philosophy. Indeed, the gist of these two books was as follow: “People of the world, either you follow the path of the United States and submit to its will, or we will attack you.” As goes the American saying, “My way or the highway.” Thus did the philosophy and atmosphere of the Cold War return. 

Lies are useless, ladies and gentlemen. Lies are to no avail. They can be of use to the liar just once. We can be fooled by a lie only once. But when the lie is repeated, well, this lie is exposed as such and exposes the liar.  

My colleague, the Representative of France, announced that their aggression, along with the United Kingdom and the United States, was carried out on behalf of the international community. This is what he said. “La communauté internationale.” I wonder about which international community the French Representative is speaking. Is he speaking of an international community that actually exists? Has this international community that you represent authorized this tripartite aggression against my country? Did your three governments receive a mandate from the Security Council to attack my country? 

lundi 16 avril 2018

Déclaration de la Russie à l'ONU : « L'attaque en Syrie est du hooliganisme, Washington peut mettre fin au conflit en 24 heures »

Discours du représentant permanent de la Russie auprès des Nations Unies, Vassily Nebenzia, au Conseil de sécurité de l'ONU le 14 avril 2018, suite à l'agression unilatérale de Washington, Londres et Paris contre la Syrie.



Transcription :

Merci, Monsieur le Président.

La Russie a convoqué cette réunion urgente du Conseil de Sécurité pour discuter des actions agressives des Etats-Unis et de leurs alliés contre la Syrie. C’est la cinquième réunion à ce sujet cette semaine. Le Président de la Fédération de Russie, [Vladimir] Poutine, a fait une déclaration spécifique aujourd’hui et je vais le citer.
 
« Le 14 avril, les États-Unis, appuyés par leurs alliés, ont lancé une frappe aérienne contre des cibles militaires et civiles de la République Arabe Syrienne. Un acte d’agression contre un État souverain qui est en première ligne dans la lutte contre le terrorisme a été commis sans mandat du Conseil de sécurité de l’ONU et en violation de la Charte des Nations Unies et des normes et principes du droit international.